La reproduction

Dans la nature, les xénopes s'accouplent au moment de la saison des pluies dans les étangs. Les mâles à maturité portent des callosités, épaississements épidermiques pigmentés, kératinisés sur la surface interne des membres antérieurs. Les femelles présentent deux papilles turgescentes autour du cloaque. L'amplexus est lombaire chez les xénopes. Le mâle s'empare de la femelle en enserrant de ses pattes antérieures la région lombaire du corps de sa partenaire. Ensuite, le mâle arrose de sa semence les ovocytes à leur sortie

amplexus

Chez X.laevis, la maturité sexuelle apparaît environ à un an et demi pour la femelle et un an pour le mâle; chez X. tropicalis, elle survient au bout de 4 à 6 mois.
 

Fécondation in vitro

En laboratoire, cet accouplement peut avoir lieu toute l'année par stimulation hormonale. Les femelles sont stimulées par injection d'hormone gonadotrope chorionique (hCG) dans les sacs lymphatiques dorsaux. Les mâles sont choisis en fonction de leurs callosités, signe naturel de spermatogenèse. Dès le début de la ponte, un mâle est sacrifié, les testicules sont prélevés et broyés afin de féconder les oeufs préalablement récupérés. Ces œufs fécondés sont ensuite hydratés avant d'être observés, fixés et/ou triés. Dans des conditions d'élevage et d'alimentation optimales, les femelles peuvent être stimulées tous les trois mois.

ponte

Chez X.laevis, la ponte survient 12 à 15 heures après l'injection de l'hCG chez la femelle. La ponte peut durer toute la journée et le nombre de larve peut atteindre 6000. Chez X.tropicalis, la FIV se pratique à 24°C. La ponte survient 4h après la stimulation à l'hCG et dure 3-4h. Le nombre de larves à chaque ponte va jusqu'à 8000.